Le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire (CEPN) est une association à but non lucratif, fondée en 1976, pour évaluer la protection de l’homme contre les dangers des rayonnements ionisants, sous ses aspects techniques, sanitaires, économiques et sociaux.

D’abord fortement focalisé sur le développement et l’application du principe d’optimisation de la radioprotection, le programme de recherche du Groupe s’est également orienté au cours des dernières années vers l’implication des parties prenantes dans l’évaluation et la gestion du risque radiologique et la diffusion de la culture de radioprotection.

Les études sont réalisées par un groupe d’une quinzaine d’ingénieurs et d’économistes. Le programme de recherche est évalué par un Conseil Scientifique.

Les membres actuels de l’Association sont au nombre de quatre : Electricité de France (EDF), l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), le Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives (CEA) et AREVA.

Le Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire (CEPN) est une association à but non lucratif, fondée en 1976, pour évaluer la protection de l’homme contre les dangers des rayonnements ionisants, sous ses aspects techniques, sanitaires, économiques et sociaux.

Dernières publications

Retours d'Expériences sur Les Incidents Radiologiques

BELTRAMI L.A.

Le réseau RELIR a été créé en 2001 par la section PCR de la SFRP. Ce réseau est animé par le CEPN et partiellement financé par l’IRSN et l’INRS.

RELIR concerne uniquement les expositions professionnelles dans les domaines non nucléaires. Plusieurs secteurs d’activité sont couverts : les

Présentation lors des Journées Scientiqiues du RésO PCR, Arcachon, 16-17 Septembre 2011.

Présentation

Le réseau RELIR a été créé en 2001 par la section PCR de la SFRP. Ce réseau est animé par le CEPN et partiellement financé par l’IRSN et l’INRS.

RELIR concerne uniquement les expositions professionnelles dans les domaines non nucléaires. Plusieurs secteurs d’activité sont couverts : les secteurs industriels, médical et vétérinaire, la recherche publique et l’enseignement, le transport ainsi qu’un secteur autres.

RELIR est composé d’un groupe de modérateurs qui ont signés une charte de confidentialité et se réunissent 2 à 3 fois par an. Lorsqu’un incident a lieu, les personnes témoins ou impliquées peuvent contacter le modérateur du secteur concerné qui rédigera un premier projet de fiche incident qui sera ensuite présentée lors des sessions plénières.

Les fiches incidents de RELIR sont toutes structurées de la même manière, elles présentent les circonstances de l’incident, puis ses conséquences radiologiques et enfin les leçons à en tirer. Les fiches sont disponibles en français et en anglais sur le site internet du réseau : http://relir.cepn.asso.fr. L’utilisation des fiches incidents de RELIR est libre et gratuite.



A1134

Download attached document

Expositions / Projets

Vous avez dit Radioprotection ?

Vous avez dit Radioprotection ?

« Vous avez dit Radioprotection ? Histoires de rayons X, de radioactivité… » est une exposition consacrée à la radioprotection, c'est-à-dire à l'ensemble des moyens visant à protéger les travailleurs, la population et l'environnement des effets potentiellement nocifs des rayons X et de la radioactivité.

Rayons Santé

Rayons Santé

« Rayons Santé » est une exposition itinérante dont le but est de sensibiliser le grand public aux usages des rayons X et de la radioactivité en médecine en mettant en relief les bénéfices attendus mais aussi les risques. Plusieurs thématiques sont abordées afin d’inciter les soignants, comme les patients à avoir une approche raisonnée et prudente afin d’en tirer le meilleur parti pour la santé.

ETHOS en Biélorussie

ETHOS en Biélorussie

Le projet européen ETHOS avait pour but d’améliorer durablement les conditions de vie des habitants des villages dont la vie quotidienne a été fortement affectée par la présence à long terme de contamination radioactive à la suite de l’accident de Tchernobyl. Il s’agissait d’une nouvelle démarche pluridisciplinaire basée sur une implication forte de la population dans l’évaluation et la gestion du risque radiologique en concertation avec les autorités locales, régionales et nationales et des experts biélorusses.